Le corps vécu en sophrologie dynamique

corps vécu en sophrologie

Conscience du corps en mouvement (*)

Chaud, froid, c’est vous qui l’expérimentez (kōan). La phénoménologie (φαινόμενον, « ce qui apparaît » ; et λόγος, « étude ») invite à saisir les « choses mêmes », telles qu’elles se manifestent à la conscience.
Nous avons tous conscience de notre corps, mais le contenu de notre représentation varie, selon notre vécu affectif ou émotionnel, notre éducation, les valeurs culturelles ou sociétales, etc. : c’est ce que l’on appelle le « corps vécu ».

Sensations, énergie et force

corps vécu : sophrologie et phénoménologieLe corps vécu relève donc de l’expérience. Écouter son corps, observer les phénomènes sans jugement, apprendre à identifier les sensations, à mettre en valeur ce qui est bon pour soi, dans l’instant, en fonction de ses besoins, permet de (re-)conquérir son identité corporelle, indépendamment du regard des autres et de toute idée préconçue. Un pas vers l’autonomie…

L’une des spécificités de la sophrologie dynamique est de mobiliser la conscience par et dans le mouvement. Quand notre corps est en mouvement, nos sensations sont comme stimulées : il est plus facile d’en prendre conscience, de les identifier et de les équilibrer selon notre besoin du moment.

Le mouvement met aussi en évidence notre tonus, notre vitalité, notre « énergie » présente ici et maintenant. L’énergie (du grec ἐνέργεια « force en action ») est, au sens large, ce qui nous met en action, une forme de mouvement intérieur qui nous anime, et qui peut varier d’instant en instant (énergie du sourire, du courage, de la légèreté, du calme, etc.).

Nous pouvons prendre conscience de cette énergie à travers ses manifestations corporelles et l’exprimer alors en une force consciente, une ressource, un potentiel à intégrer dans notre vie, au-delà de la séance de sophrologie.

Activer, désactiver… Harmoniser

sophrologie et corps vécuL’entraînement de l’intelligence corporelle permet de discerner progressivement les diverses manifestations de cette énergie de vie, depuis les sensations les plus grossières jusqu’aux mouvements de l’âme (« é-motions »).

La sophrologie vise l’harmonie de la conscience : le but est d’activer ce qui est « bon pour nous », en qualité et en intensité, dans l’ici et maintenant. Soulignons que la notion d’harmonie ou d’équilibre est propre à chacun et varie selon le moment et les circonstances, autrement dit, selon le « corps vécu ».

Activer le positif, le « juste bien pour soi » signifie donc apprendre à moduler l’intensité des manifestations sensorielles et énergétiques, en réponse à notre besoin. À cet effet, la sophrologie propose divers outils d’activation (amplification de l’intensité) et de désactivation (apaisement de l’intensité) :

Outils d’activation Outils de désactivation
Accentuation de l’inspir Accentuation de l’expir
Évocation d’un mot et/ou d’une image activateurs librement choisis Évocation d’un mot et/ou d’une image de calme librement choisis
Concentration sur les zones du corps les plus vivifiantes Concentration sur les zones du corps les plus calmes

L’harmonisation consiste en un « réglage » intérieur, par le recours alterné aux outils d’activation et de désactivation. Un entraînement régulier nous permettra d’intégrer ces techniques au quotidien pour mieux ajuster notre réponse à notre environnement/situation.

(*) Cet article s’inspire du contenu d’un module de 10 séances de sophrologie dynamique (1er degré) que j’ai organisé et animé en 2012. Lisez aussi :

La suite ? À découvrir sur ce blog 😉

Découvrez les autres articles:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.