La sophrologie, seulement une méthode de relaxation ? (*)

Sophrologie et relaxation

La sophrologie est souvent présentée comme une méthode de relaxation ou de détente corporelle. En réalité, cette discipline fondée dans les années 1960 par le neuropsychiatre Alfonso Caycedo se définit d’abord comme une méthode d’exploration de soi qui vise “l’harmonisation de la conscience” (sens donné au terme “sophrologie”).

Dans ce cheminement, la relaxation n’est qu’un moyen pour parvenir à un état de détente propice à la découverte de soi ou du Soi. Autrement dit, la sophrologie intègre la relaxation dans sa pratique, mais va au-delà de cette simple détente corporelle et psychique. Elle explore toutes les facettes de l’intelligence – intelligences du corps, des émotions, de l’intuition – pour prendre conscience de ce potentiel souvent ignoré ou sous-exploité et l’activer dans notre vie quotidienne.

Qu’est-ce que la sophrologie ?

La sophrologie est apparue dans les années 60. Cette méthode ou voie d’exploration de soi a été mise au point par un neuropsychiatre espagnol, d’origine colombienne, Alfonso Caycedo.

Le terme “sophrologie” est un néologisme construit sur le grec λόγος (logos) “étude”. La première partie du terme sophro- dérive de σώφρων (sôphrôn) “sain d’esprit”, lui-même composé de deux éléments : σῶς (sôs), “sain” et de φρήν (phrên), l’“esprit”.

sophrologie et conscience
Par cette expression, le Docteur Caycedo cherche donc à définir une méthode qui étudie la conscience humaine en vue d’atteindre une forme de santé ou d’harmonisation de la conscience.

La méthode qu’il développe offre une approche thérapeutique et prophylactique qui englobe la personne dans sa totalité, ce que l’on pourrait appeler une méthode “holistique”. Caycedo souhaite explorer tous les aspects de notre intelligence, y compris l’intelligence du corps, des émotions et de l’intuition.

Sophrologie et relaxation

Bien sûr, la sophrologie est assez proche de la relaxation dans le sens où une séance de sophrologie commence toujours par quelques exercices de relaxation qui vont permettre d’induire un état de détente chez le patient. Il s’agit essentiellement d’exercices de présence au corps (étirements, respiration, automassage,…).

Ces exercices et les paroles du thérapeute ont pour but de guider progressivement le patient vers un état modifié de conscience, un état intermédiaire entre la veille et le sommeil, appelé état sophroliminal.

Comme dans la pratique de l’hypnose, le patient reste parfaitement conscient et maître de soi durant toute la séance. La détente induite par la relaxation et la voix du thérapeute est juste un moyen d’accéder aux capacités et ressources latentes de notre conscience, qui échappent à notre conscience ordinaire.

sophrologie et état sophroliminal

Mais la relaxation n’est qu’une des techniques qui ont influencé la sophrologie. Et encore une fois, elle n’est qu’un moyen pour le sophrologue, et non un but en soi.

D’ailleurs, pour aller au-delà de la détente passive et activer les ressources de la conscience, la sophrologie impose une posture dynamique : la personne sera assise ou debout, jamais couchée (sauf contraintes médicales).

Autrement dit, en sophrologie, le patient ne reçoit pas passivement la séance : il la vit, il en est acteur, il en est responsable. Il agit sur les différentes structures de sa conscience – corporelle, émotionnelle et mentale – et les harmonise selon son besoin du moment. Chaque séance sera donc différente de toute autre, puisque ajustée au ressenti de l’instant présent.

Autres influences sur la sophrologie

En réalité, la sophrologie est une synthèse originale de plusieurs sources d’influence.

Alfonso Caycedo s’est d’abord intéressé à l’hypnose thérapeutique, puis à l’approche phénoménologique du psychiatre suisse Ludwig Binswanger. La phénoménologie considère que ce qui est éprouvé par la conscience est de l’ordre du phénomène, de la “manifestation à la conscience”.

Chaque manifestation, nouvelle et unique, doit être expérimentée sans jugement (ἐποχή, épochè, “suspension du jugement”) de façon à laisser émerger sensations, émotions, intuition hors des filtres surimposés de notre rationalité.

Le neuropsychiatre sera également influencé par les pratiques et philosophies orientales. Encouragé par son épouse, professeur de Yoga, il effectue un voyage en Inde où il s’initie à cette discipline spirituelle basée sur un travail corporel. Il rencontre aussi des médecins indiens et tibétains. Il séjourne ensuite au Japon où il découvre la pratique de la méditation zen (zazen).

sophrologie dynamique

À l’instar de la méditation de pleine conscience, la méthode qu’il développe intègre donc des techniques corporelles et spirituelles orientales où la présence au corps joue un rôle essentiel. La prise de conscience de ce qui se vit ici et maintenant dans le corps est le fondement de toute séance de sophrologie, car l’intelligence, sous toutes ses formes, s’enracine dans le corps : les sensations issues de nos sens, de nos organes, de nos muscles nous informent sur notre environnement, les émotions qui agitent notre intériorité se manifestent physiquement – pleurs, sueur, contraction, rires,… -, et la mémoire du corps active notre intuition pour établir des liens de sens entre divers événements de notre histoire personnelle.

À la suite d’Alfonso Caycedo, son assistant et traducteur, Yves Davrou, médecin généraliste français, intègre à son tour de nouvelles influences, notamment les notions et exercices empruntés à l’énergétique chinoise (Qi).

La sophrologie d’Yves Davrou est appelée “sophrologie dynamique” car, à travers l’énergétique chinoise, elle met en exergue l’énergie ou dynamique de vie qui se manifeste dans nos sensations corporelles, nos émotions et nos pensées.

Mais quel est l’intérêt de cette exploration de la conscience ou de cette dynamique de vie à l’oeuvre en nous ?

Exploration et harmonisation des fonctions de la conscience

Au quotidien, nous avons tendance à fonctionner en “circuit court”, à privilégier les réponses les plus rapides, ancrées dans nos habitudes, nos croyances, notre culture, nos filtres, pour réagir face à diverses situations ou sollicitations extérieures.

De ce fait, nous traitons presque immédiatement les informations qui parviennent à nos sens par l’intelligence rationnelle, dans une réponse de type réflexe, conditionnée par notre éducation, notre passé ou notre environnement : captation -> analyse.

Nous ne prenons pas le temps d’apprécier ces stimuli au niveau du ressenti corporel, des émotions qu’ils suscitent en nous ou du sens que nous leur donnons. Les fonctions corporelles, émotionnelles et intuitives de notre intelligence sont largement sous-exploitées. Par habitude, par facilité ou par paresse, nous nous contentons du strict nécessaire ou du “minimum suffisant” pour interagir avec notre environnement, sans utiliser toutes les ressources de notre conscience.

Or, si ce circuit court peut paraître un mode de fonctionnement efficace pour gérer les situations les plus banales de notre quotidien, il nous empêche d’exploiter tout le potentiel de notre intelligence et nous fait passer à côté de réponses plus créatives et mieux adaptées à notre existence, à nos aspirations profondes, à notre être véritable.

conscience en sophrologie

Il s’agit donc d’apprendre à agir et à vivre en harmonie avec Soi, en harmonisant les fonctions de la conscience :

  • l’intelligence corporelle ou fonction de perception : elle nous permet de capter les informations provenant de nos sens (ouïe, odorat, toucher, vue, goût), mais aussi de nos perceptions intérieures (muscles, tendons, organes,…);
  • l’intelligence émotionnelle ou fonction de sentiment : elle perçoit ce qui nous agite de l’intérieur et nous pousse à interagir avec le monde extérieur. Elle nous permet ainsi d’apprécier chaque situation pour orienter nos choix. Elle nous informe aussi sur nos valeurs et notre appréciation personnelle (estime de soi).
  • l’intelligence intuitive ou fonction de sens : elle crée des associations entre divers événements, actes, images pour laisser émerger le sens. À travers ces associations immédiates, elle favorise également notre créativité.
  • l’intelligence analytique ou fonction rationnelle : très sollicitée dans notre modèle scolaire et professionnel occidental, elle établit des liens logiques entre diverses réalités ou notions.
  • la fonction transcendante : elle émerge des quatre autres fonctions de la conscience, les réunit et les dépasse pour déborder le cadre strict de l’expérience.

Un voyage au centre de soi/du Soi

L’objectif de la sophrologie est donc cette prise de conscience de soi ou de toutes les facettes du Soi pour améliorer notre vivance intérieure et notre relation au monde/aux autres.

Il s’agit d’un travail en profondeur qui implique la personne dans sa totalité : l’entraînement régulier favorise une meilleure connaissance de soi, ainsi que l’activation et la mise en valeur de ce qui est perçu comme positif par chacun, de façon à renforcer positivement le regard que nous portons sur nous-mêmes et sur les autres. Observer et accueillir ce qui est bon et juste pour soi a des répercussions positives sur tout notre être, aussi bien le corps que l’esprit.

sophrologie et harmonie

Cette voie d’exploration de soi englobe également les trois temps, présent, futur et passé :

  • l’exploration consciente de l’intelligence corporelle permet d’apprécier les sensations agréables dans l’ici et maintenant, pour mieux vivre le présent ;
  • la stimulation des émotions positives nous donne l’élan ou la motivation nécessaire pour mieux appréhender le futur et orienter nos choix en accord avec nos valeurs ;
  • ancré dans le présent et ouvert aux perspectives d’avenir ou de devenir, on peut ensuite jeter un regard neuf et bienveillant sur son passé, et donner sens, par l’intuition, aux événements de son histoire personnelle.

Ce voyage au centre de soi ou du Soi est accessible à tous, dès l’enfance. Serez-vous du voyage ?

Pour aller plus loin sur le sujet :

(*) Cet article reprend le contenu de ma conférence donnée dans le cadre de la Journée bien-être et arts martiaux de Floreffe, le 21/09/2019. Voici également, ci-dessous, la présentation diaporama de la conférence.

Sophrologie et relaxation
Slides de la conférence « La sophrologie : seulement une méthode de relaxation ? » ⬆️

 

Découvrez les autres articles:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.