Sophrologie et zébrologie

Sophrologie pour les zèbres

Diplômée praticienne en sophrologie dynamique auprès de l’Association Européenne de Sophrologie dynamique (AES), je pratique régulièrement des séances, afin de poursuivre le travail entamé depuis 2010 : explorer les différentes facettes de l’intelligence, apprécier la dynamique de vie qui se manifeste à chaque instant et harmoniser la conscience, ici et maintenant. Une méthode privilégiée pour apprivoiser ma zébritude…

Qu’est-ce que la sophrologie ?

La sophrologie, comme la zébrologie, est un néologisme construit sur le grec λόγος (logos) “étude”. La première partie du terme sophro- dérive de σώφρων (sôphrôn) “sain d’esprit”, lui-même composé de deux éléments : σῶς (sôs), “sain” et de φρήν (phrên), l’“esprit”.

Par cette expression, Alfonso Caycedo (1932-2017), créateur de la sophrologie, cherche donc à définir une méthode qui étudie la conscience humaine en vue d’atteindre une forme de santé ou un ensemble de techniques d’harmonisation de la conscience, par l’exploration de ses différentes facettes.

Sophrologie et zébrologie

sophrologie et zebrologieLes zèbres, appelés aussi HP(I), surdoués, surefficients,…, se distinguent par leur fonctionnement cérébral et comportemental.

Leur pensée, en arborescence, bondit de concept en concept, à une vitesse vertigineuse. Les connexions neuronales ultra-rapides se traduisent par une activité cérébrale effrénée et ininterrompue. Ce brouhaha mental est renforcé par l’hyper-réceptivité des zèbres, dont les sens, en alerte, absorbent tout, tout le temps : ce mode de perception, synesthésique chez quelques-uns, est extrêmement riche, mais épuisant.

Face à l’assaut des stimuli internes et externes, difficile de faire le tri et d’harmoniser son ressenti à une juste mesure pour soi et pour son entourage : le zèbre est souvent submergé par ses émotions, ce qui se traduit par des manifestations corporelles excessives ou en décalage avec la situation et de l’incompréhension de la part de l’entourage.

Il peut alors perdre confiance en lui, douter de sa capacité à entrer en relation avec autrui, se sentir inadapté et évoluer dans la peur de soi et de l’avenir.

Par le travail d’harmonisation des différentes fonctions de la conscience, la sophrologie propose des séances d’exploration de soi, où l’individu apprend à apprécier “ce qui est juste pour lui” dans l’instant présent et à mettre en oeuvre les moyens de parvenir à cet équilibre. Fort de cette harmonisation, il peut mobiliser ces ressources dans la vie quotidienne pour calmer le bruit mental et améliorer son ancrage dans l’ici et maintenant, capter les manifestations corporelles des émotions et les ajuster, affiner son sentiment de présence au monde, renforcer l’estime de soi et se projeter positivement dans l’avenir, créer des associations de sens entre les événements pour poser un regard bienveillant sur ses zébrures et guérir ses fêlures.

Exploration et harmonisation des fonctions de la conscience

La sophrologie invite à explorer et à renforcer l’énergie ou la dynamique de vie présente en nous, à travers des exercices sur les différentes fonctions de la conscience :
sophrologie et fonctions de la conscience

  • l’intelligence corporelle ou fonction de perception
  • l’intelligence émotionnelle ou fonction de sentiment
  • l’intelligence intuitive ou fonction de sens
  • l’intelligence analytique ou fonction rationnelle
  • la fonction transcendante qui réunit et transcende les 4 premières fonctions

L’intelligence corporelle nous permet de capter les informations provenant de nos sens (ouïe, odorat, toucher, vue, goût), mais aussi de nos perceptions intérieures (muscles, tendons, organes,…).

L’intelligence émotionnelle perçoit ce qui nous agite de l’intérieur et nous pousse à interagir avec le monde extérieur.

L’intelligence intuitive crée des associations entre divers événements, actes, images pour laisser émerger le sens et favoriser notre créativité.

L’intelligence rationnelle ou analytique, très sollicitée dans notre modèle scolaire et professionnel occidental, établit des liens logiques entre diverses réalités ou notions.

La fonction transcendante émerge de ces quatre fonctions de la conscience et les dépasse pour déborder le cadre strict de l’expérience.

La sophrologie dynamique propose donc diverses pratiques qui permettent d’affiner nos perceptions, de mieux identifier et gérer nos émotions, de créer des liens de sens, et grâce à l’exercice de ces fonctions, d’analyser et d’organiser les informations sous un nouveau jour, pour nous harmoniser et améliorer notre vivance intérieure, ainsi que notre relation au monde.

Sources d’inspiration phénoménologiques et orientales

Alfonso Caycedo, né en Colombie, étudie la médecine à Madrid, se spécialise en neuropsychiatrie et rejoint le service psychiatrique du Professeur Lopez-Ibor.

Face aux pratiques thérapeutiques violentes telles les électrochocs et les comas insuliniques, il s’interroge sur des techniques alternatives de modification des états de conscience dans un but thérapeutique. Il s’intéresse d’abord à l’hypnose thérapeutique, puis aux études du psychiatre et phénoménologue suisse Ludwig Binswanger. C’est ainsi qu’il développe une méthode d’exploration de la conscience basée sur une approche phénoménologique : ce qui est éprouvé par la conscience est de l’ordre du phénomène, de la “manifestation à la conscience”. Chaque manifestation, nouvelle et unique, doit être expérimentée sans jugement (ἐποχή, épochè, “suspension du jugement”) de façon à laisser émerger sensations, émotions, intuition hors des filtres surimposés de notre rationalité.

Mais il est également influencé par les pratiques et philosophies orientales. Encouragé par son épouse, professeur de Yoga, il effectue un voyage en Inde où il s’initie à cette discipline spirituelle basée sur un travail corporel. Il rencontre aussi des médecins indiens et tibétains. Il séjourne ensuite au Japon où il découvre la pratique de la méditation zen (zazen).

À l’instar de la méditation de pleine conscience, la méthode qu’il développe s’enrichit des techniques corporelles et spirituelles orientales dans un but thérapeutique et prophylactique.

Sophrologie dynamique : l’apport d’Yves Davrou

Yves Davrou (1933-2003), médecin généraliste français), assistant et traducteur d’Alfonso Caycedo, intègre de nouvelles techniques à la pratique sophrologique, notamment les rêves éveillés pour stimuler la fonction intuitive de la conscience, ainsi que les notions et exercices empruntés à l’énergétique chinoise (Qi).

La sophrologie d’Yves Davrou est appelée “sophrologie dynamique” pour mettre en lumière cette dimension nouvelle dans l’exploration de la conscience, conçue comme l’énergie ou dynamique de vie qui se manifeste dans nos sensations corporelles, nos émotions et nos pensées.

Découvrez à travers notre blog comment sophrologie peut rimer avec zébrologie