Épisode 5 – La chute d’Icare

hp enfant icare

À l’Âge d’or succèdent inévitablement des Âges plus obscurs. Très vite, j’ai senti que le regard des autres changeait.

Les enseignants savaient maintenant que j’avais des capacités et me poussaient vers l’excellence. Mes devoirs et mes résultats étaient cités en exemple : tous pouvaient être fiers de moi, parents et enseignants, pour mes efforts constants.

À mes yeux, je me devais à présent de maintenir ce niveau de performance : sensiblement, “faire de mon mieux” est devenu “faire toujours mieux”.

Quant à mes copains, je les ai vus progressivement s’éloigner. Même ma meilleure amie, N., a commencé à prendre ses distances. Elle s’est trouvée une nouvelle camarade et a joué notre amitié à pile ou face : j’ai perdu.

Cette complicité que je croyais gravée dans le marbre s’envola, définitivement. Je me sentais trahie mais j’ai préféré garder le silence, trop fière, trop impuissante pour protester.

À l’approche de mon entrée en secondaire, je réalisai que j’étais seule, véritablement seule, pour la première fois. Et ce n’était que le début…

–> Découvrir la suite : épisode 6 de la saison 3 !

Découvrez les autres articles:

2 commentaires

    1. Bonjour Véronique, je n’ai pas de télécommande magique pour zapper les moments les plus pénibles du feuilleton. Qu’on le veuille ou non, ces épisodes font partie de mon histoire, mais j’essaierai de ne pas trop sombrer dans le mélo, promis ! Sans vouloir spoiler ou « divulgacher » comme on dit au Québec, je peux déjà vous annoncer que ces tristes pages laisseront finalement place à l’espoir. Car comme l’écrit justement C. G. Jung, « il n’y a pas de lumière sans ombre et pas de totalité psychique sans imperfection » 😉 Merci de me suivre… malgré tout !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.