Un trésor enfoui dans mon garage : leçons de méditation avec Marc Aurèle (2)

Notes sur Marc Aurèle

Mon garage est à l’image de mon parcours professionnel : un grand méli-mélo où scintillent, sous la poussière des ans, les trésors les plus improbables.

C’est là, sur ce que nous avons dénommé faute de mieux “la mezzanine”, que reposait sagement une caisse datée de notre dernier déménagement… 2009 ! Et de cette caisse, ô merveille, j’ai mis au jour d’incroyables vestiges : les notes manuscrites et passablement bordéliques de mon travail de fin de “Candidature en langues et littératures classiques”.

Chèr(e) lecteur/lectrice, vous vous direz peut-être “Quoi ! Elle ne va quand même pas nous ressortir ses vieux écrits d’étudiante ! Si c’est ça, je zappe illico pour mon profil Insta !”

À quoi je répondrai : “Halte là ! Chef-d’oeuvre !”, non pour désigner mon travail d’étudiante, bien qu’il m’ait coûté de nombreuses heures de réflexion acharnée. Non, le trésor caché, le véritable chef-d’oeuvre, est le texte de Marc Aurèle, que je vous livre avec le recul des ans et de mes pensées à moi-même (τὰ εἰς ἑαυτόν / ta eis heauton).

Chef-d'oeuvre de Marc Aurèle

Ce texte ne m’a jamais abandonnée, me rappelant avec insistance l’importance de “cultiver son petit champ intérieur”, seul espace de liberté et de paix véritables, en harmonie avec l’ordre du monde. Je vous invite à y (re)découvrir avec moi quelques leçons de méditation très actuelles

 

Lire la suite des Leçons de méditation avec Marc Aurèle :

>> Lire la suite : “Marc Aurèle ! Mais que vous êtes austère, mademoiselle !”

 

Découvrez les autres articles:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.